PROJET DE CONSTRUCTION D’UN CENTRE DE FORMATION CULTURELLE ET ARTISTIQUE A KOUDOUGOU – BURKINA FASO

Aujourd’hui, la nécessité d’une réorganisation de la société africaine à travers une refonte de tous ces secteurs serait l’idéal attendu, face à l’échec des politiques précédentes ayant confondu les priorités aux ambitions entraînant ainsi la jeunesse, fer de lance de toute société, dans un exil au péril de sa vie, et dont l’issue demeure incertaine.

cropped-logo-zaama-faso.jpg   logo-ouama2013        LOGO-ZAKA-20172.jpg

ZAAMA FASO, une association de droit français, créée en 2011, et OUAMA, une association de droit Burkinabé créée en 2003, se sont engagées, à participer d’une part, à l’animation de la vie culturelle en France et précisément à Poitiers, à travers des échanges interculturels et d’autre part, à contribuer à freiner la migration des jeunes du Burkina Faso, par la réalisation d’infrastructures capables de les encadrer et de leur prodiguer une formation, un enseignement culturel et artistique porteur d’espoir en vue de leur employabilité certaine.

OUAMA au Burkina 2007 162.JPGSitué à 98 km à l’ouest de la capitale du Burkina Faso, Koudougou a une superficie d’environ 580 km2 avec une population de 91 981 habitants. La ville compte 10 secteurs et son fonctionnement est lié aux vicissitudes politiques et organisationnelles de l’administration du territoire au Burkina Faso. Elle a pour emblème le baobab et sa démographie et son développement socio-économique et politique la place troisième ville du Burkina après Ouagadougou et Bobo.[1]

plan.koudougou

Koudougou est, à l’instar de toutes les villes du Burkina Faso, une ville culturelle qui compte entre autres activités, les nuits atypiques (NAK), les régionales de la SNC, et quelques activités culturelles d’envergure locale. On y dénombre comme infrastructure, le seul centre BENEM-NOOMA, qui a pour vocation certes, la formation tout azimut des jeunes aux métiers pratiques telle, la mécanique, la menuiserie, la soudure, la maçonnerie etc. et celle des artistes mais, une formation culturelle plutôt introvertie, destinée à l’animation du centre. Les jeunes artistes formés dans ce centre y sont le plus souvent employés, constituant ainsi peu d’ouverture pour ces talents dont l’espoir se confine aux quatre murs de la ville de Koudougou. Les insuffisances et les lacunes de ces formations autocentrées ne permettent pas une exportation des talents artistiques et culturels de la jeunesse.

1276497_520502494710788_1142309966_oLe projet de l’association ZAAMA FASO, visant à lutter contre les migrations vers d’autres pays par manque de perspective d’avenir pour cette jeunesse de Koudougou, trouve ainsi toute sa justification. Le manque d’infrastructures de formation conséquente et l’absence d’ouverture sur le plan national, contraignent cette jeunesse à la migration vers d’autres cieux à la recherche d’un bonheur hypothétique. Aussi, à travers la musique et les arts, puisés du tréfonds des traditions, ZAAMA FASO a l’ambition, d’adapter la formation des jeunes aux réalités socio culturelles, de leur contexte géographique. Cette formation ciblée, aura l’avantage d’apprendre aux jeunes, les fondamentaux d’une culture dont l’appropriation leur servira d’outils susceptible d’être exporté.

OUAMA au Burkina 2007 1013.JPGC’est pourquoi, consciente que la culture ne saurait se vendre que lorsqu’elle est le reflet des réalités culturelles, le prolongement des aspirations profondes d’une communauté, l’association s’est engagée à faire de la formation des jeunes un objectif capital dont la réalisation, nécessite la construction d’un centre polyvalent capable de dispenser une formation de qualité à même d’assurer un avenir radieux aux jeunes désœuvrés de la ville de Koudougou.

A terme, l’ambition est de parvenir à ériger un centre régional de formation artistique et culturelle susceptible de délivrer en fin de cursus, des diplômes correspondant à des compétences précises dans le domaine culturel, facilitant ainsi l’intégration socio professionnel des jeunes à l’intérieur mais également, l’exportation de leurs compétences au-delà des frontières du Burkina.

photo-facebook-OUAMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :